logo

VIA est le premier Bureau d’Accueil pour Primo-Arrivants en Région bruxelloise. Ouvert au lendemain des attentats meurtriers de Bruxelles, il est la seule manière de répondre à la haine et la barbarie. Il offre désormais un accueil de qualité et inclusif aux nouveaux arrivés sur le territoire des 19 communes.

VIA, c’est, en latin, le chemin que chacun parcourt dans sa vie. C’est aussi celui via l’aide duqyel on grandit. VIA n’était donc pas un nom choisit au hasard lorsque Schaerbeek et Molenbeek-Saint-Jean ont décidé de répondre à l’appel à projet de la COCOF lancé pour l’organisation des Bureaux d’Accueil pour Primo-Arrivants en Région bruxelloise.

Si en Wallonie ce sont des Centres régionaux d’intégration qui gèrent ce parcours, à Bruxelles, cette mission a été confiée à de nouvelles asbl. VIA est la première d’entre elles. Avec un budget de 1.5 millions d’euros par an, 2000 personnes y seront accueillies chaque année.

Si les différents partis politiques se sont montrés favorables à l’obligation d’une telle procédure, aujourd’hui le parcours d’accueil reste facultatif à Bruxelles. “Dans une société où l’on va sans cesse vers plus de multiculturalité, je trouve important que l’on puisse, en tant que politique, offrir à chacun les clefs pour bénéficier d’une autonomie culturelle, sociale et économique. C’est la mission de VIA” indique Vincent Vanhalewyn l’échevin Ecolo de la Cohésion sociale à Schaerbeek à l’origine du projet et désormais Président de l’asbl.

Initiée par les échevins Ecolo de la Cohésion sociale de Schaerbeek et Molenbeek-Saint-Jean, Vincent Vanhalewyn et Sarah Turine, l’asbl a pour mission d’offrir aux primo-arrivants un bilan social et linguistique. Elle organise également un premier module de droits et devoirs. Mais surtout, elle accompagne les nouveaux arrivés bruxellois dans le parcours d’accueil constitué de cours de langues et d’un cours de citoyenneté de 50 heures.

“Nous avons une longue tradition d’accueil des primo-arrivants, notamment avec le Sampa à Molenbeek. Cette nouvelle structure permettra de combler un manque existant dans l’accompagnement de ces personnes.” indique Sarah Turine, Vice-Présidente de VIA et échevine de la Cohésion sociale à Molenbeek-Saint-Jean.

Mais si VIA est une asbl neuve, sa collaboration avec l’associatif des deux communes lui a permis de bénéficier d’une expérience riche et solide. Associés dès le début du projet, les acteurs de la cohésion sociale sur Schaerbeek et Molenbeek-Saint-Jean font partie d’un Comité de pilotage qui épaule l’asbl.

Il a également paru primordial pour VIA de tisser des liens étroits avec BON, son équivalent flamand présent dans la capitale.

A côté de cette collaboration forte, VIA peut compter sur deux autres piliers pour accomplir sa mission. Une équipe d’accompagnateurs sociaux pluridisciplinaire et solide et des locaux modernes, chaleureux et accueillants pour ses deux antennes, à Schaerbeek comme à Molenbeek-Saint-Jean.

Grâce à ces trois exigences, VIA peut organiser l’accueil de qualité, humain et émancipateur qu’elle désire. Au lendemain, des attaques de Bruxelles, VIA, a décidé de maintenir son inauguration le 23 mars dernier. Une décision prise malgré ou plutôt à cause des attentats “L’asbl a voulu prouver qu’il était possible d’opposer autre chose que le rejet à la haine. VIA est notre réponse à la violence du 22 mars” souligne Vincent Vanhalewyn.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

commentaires