INTERVIEW

(CC) seandalai

Le juge d’instruction Michel Claise, figure bien connue de la lutte contre la criminalité financière, ne mâche pas ses mots lorsqu’il évoque les décisions que prend le Gouvernement Michel en matière de justice. Pour lui, ce qui se passe aujourd’hui est sans précédent. Et les magistrats oscillent entre crainte, appréhension et colère, comme jamais auparavant.

On sait que la justice manque de moyens depuis longtemps. La situation s’empire ?

Les Gouvernements successifs ont fait des économies qui affaiblissent la justice. Mais le Gouvernement actuel va bien plus loin. On va vers la disparition de la justice comme pouvoir. On la rend inefficace. Il n’y a soi-disant pas d’argent pour la justice, alors que c’est un pilier fondamental de notre démocratie. On peut carrément parler de recul et de justice à deux vitesses. On laisse la grande criminalité, financière notamment, s’en sortir. Sur le plan moral, cette ‘justice des amis’ est inacceptable; budgétairement, ce n’est même pas efficace: le Gouvernement ne va pas chercher l’argent là où il est (ndlr : la lutte contre la fraude fiscale), il préfère aller le chercher dans les poches des citoyens, dans les soins de santé, dans les allocations sociales,…

Tous les secteurs doivent faire des économies…

Ce Gouvernement, avec sa ligne néolibérale et ses Ministres N-VA, vise la dissolution de tout ce qui constitue un pouvoir central. A terme, nous verrons la destruction de la Belgique. Concernant la justice, il y a une vingtaine de mesures qui, si elles sont mises en pratique, conduisent au démantèlement des droits des citoyens et de l’accès à la justice. Les dégâts sur la démocratie seront irréversibles!

Vous pensez vraiment que le Gouvernement détruit le système à dessein?

La destruction du système judiciaire est en cours, c’est une volonté politique affichée. Est-ce que c’est par méchanceté? Par opportunisme? Par bêtise? Je pense que c’est un mélange. Soit ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils font, soit c’est une réelle stratégie. Je crains que nous soyons face à un pouvoir qui veut que tout revienne à l’exécutif. C’est-à-dire à lui-même…

Plus de séparation des pouvoirs alors… ?

Le fait qu’ils pensent à supprimer les juges d’instruction en dit long. Quel est le rôle d’un juge d’instruction? Prendre de la hauteur, instruire à la fois à charge et à décharge. Or, ce que souhaite le Gouvernement, c’est que tous les pouvoirs reviennent au parquet. Or, ce dernier est chargé d’instruire à charge. Enquêter à charge et ensuite chercher des justifications, ce n’est pas la justice. D’autre part, le parquet n’a déjà plus beaucoup de moyens, il ne pourra pas assumer d’avoir plus à faire. Et quand il ne pourra que constater son incapacité à résoudre les problèmes, l’exécutif pourra facilement tout reprendre dans sa main. Et c’en sera fini des droits des citoyens, qui ne pourront plus que pleurer d’avoir voté pour ces gens.

On ne peut vraiment rien faire?

Si: faire tomber le Gouvernement (rires) ! Indépendamment de ça, il faut restaurer l’équilibre, lutter vraiment contre la criminalité financière, donner à la justice des moyens dignes de ce nom. Ce sont les crises économiques qui ont entraîné les bouleversements budgétaires, c’est la finance à qui on a laissé toute la place. L’humain, le citoyen, les valeurs des lumières d’égalité, de fraternité et de liberté doivent revenir au premier plan. Et à très court terme, il faut peser de toutes nos forces pour que les mesures envisagées par le Gouvernement actuel ne passent pas.

Bio Express

Inscrit au Barreau depuis 1979, Michel Claise est juge d’instruction depuis 2000. Rattaché au tribunal de première instance de Bruxelles, c’est notamment lui qui a inculpé et placé sous mandat d’arrêt l’ex-ministre wallon Serge Kubla, ainsi que les patrons d’UBS et de HSBC pour fraude fiscale grave et organisée. Michel Claise a fait de la criminalité financière son cheval de bataille, qu’il décrit comme un escalier dont les hauteurs sont occupées par les pires crimes, en particulier le terrorisme, lequel n’existerait pas sans financement, par défaut criminel.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

commentaires