(CC) Sébastien Bertrand – Flickr

Déjà en retard de trois ans sur l’élaboration d’une définition de ce que sont les perturbateurs endocriniens, la Commission a de nouveau reculé devant la pression des lobbies de la chimie et de l’agrochimie (BASF, Bayer-Monsanto, Syngenta). Derrière l’enjeu de cette définition se cachent des enjeux financiers énormes.

Les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques qui perturbent le système hormonal causant ainsi des pathologies comme le diabète, le cancer (sein, prostate, testicules), la stérilité, l’obésité, la puberté précoce, des malformations infantiles et troubles du développement (autisme, hyperactivité, diminution du quotient intellectuel). Leurs effets sont particulièrement importants dans les périodes de forte activité hormonale : la petite enfance, l’adolescence, la grossesse. On les retrouve dans les plastiques, l’encre des tickets de caisse, les pesticides, les cosmétiques, les eaux souterraines etc. Citons entre autres le bisphénol A, les parabens et les phtalates.

La définition actuellement proposée par la Commission est trop restrictive, exigeant une preuve scientifique irréfutable que les substances visées ont des effets indésirables sur la santé humaine et agissent sur le système hormonal.

Les enjeux financiers de cette définition sont énormes pour certaines industries, elle impacterait la production et vente de produits comme le Roundup, dont l’un des constituants est le glyphosate, les plastiques utilisés pour les récipients (bouteilles, canettes, boîtes de conserve) pouvant contenir phtalates et/ou bisphénol A.

En Belgique les associations environnementales tirent la sonnette d’alarme, et quand on voit les résultats des tests sur les cheveux de personnalités écologiques, on comprend bien pourquoi ! L’ONG Générations Futures a en effet décompté de 34 à 68 perturbateurs endocriniens chez ces personnes. De quoi conforter la députée Muriel Gerkens sur son travail sur le sujet.

A quand un réveil de la Commission Européenne ?

Et vous, qu'en pensez-vous ?

commentaires