(CC) JR Guillaumin – Flickr

Reportage sur une entreprise de demain

Depuis plusieurs années, on observe un fort taux de mortalité chez les abeilles domestiques à travers le monde, suscitant l’inquiétude de scientifiques, apiculteurs et agriculteurs. En 2012, Bach Kim Nguyen, doctorant en bioingénierie spécialisé sur la préservation des abeilles et leur milieu, et trois partenaires, Michaël van Cutsem, Olivier le Hodey et Emmanuel Lion, créent un outil de veille environnementale lié à l’écosystème des abeilles.

BeeOdiveristy a pour objectif des projets en faveur d’entreprises et collectivités locales pour accroître la biodiversité, diminuer la pollution et créer une diversité d’aliments de qualité. Pour Michaël van Cutsem :

« La particularité de notre entreprise est l’utilisation de l’abeille comme indicateur environnemental. Ce qui nous permet de conseiller nos clients en matière de pesticides, métaux lourds. Nous pouvons agir avec les parties prenantes à la source de pollution pour travailler avec eux sur des solutions à apporter pour la diminuer. Nous tentons d’apporter une réponse aux carences en biodiversité. »

Les abeilles permettent un échantillonnage des plantes supérieur et moins coûteux que celui effectué manuellement. Une colonie d’abeilles en contient environ 50 000 qui butinent sur une surface de près de 500 hectares, soit le pollen de 4 milliards de plantes récolté par an. Elles sont donc un outil précieux en tant qu’indicateur environnemental. En effet, le nectar et le pollen sont récoltés et analysés permettant une évaluation de l’environnement étudié.

A partir de ces résultats, BeeOdiversity s’adresse à ses clients afin de les conseiller sur les mesures à prendre pour entretenir leur environnement. Du particulier qui veut installer une ruche dans son jardin et profiter d’un bel environnement, à une société comme Spa qui veut s’assurer que son eau n’est pas polluée par des pesticides ou autres, la liste des clients est longue et variée. Certains agriculteurs les contacte également dans l’idée de changer leurs méthodes de production vers des pratiques plus douces et respectueuses de l’environnement, avec à terme une diminution de l’usage des pesticides remplacés par des moyens de prévention naturels.
Bruxelles a également fait appel à leurs services afin d’évaluer la pollution dans la ville.

Cette démarche permet d’apporter des réponses aux problèmes de pollution, en reconstruisant un écosystème ou en travaillant sur les facteurs nocifs. Des réponses qui vont aussi en faveur des abeilles puisqu’elles y trouvent un milieu plus sain. Leur prolifération est aussi recherchée à travers la mise à disposition de ruches.

Les maladies sont à rajouter aux côtés des pesticides et de la diminution de la biodiversité sur la liste des causes de la disparition des abeilles. BeeOdiversity travaille également sur cet aspect.

En se basant sur la nature comme outil d’évaluation, BeeOdiversity apporte des solutions concrètes et adaptées à chaque environnement. Ils ont d’ailleurs été récompensés pour leur travail de longue haleine.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

commentaires