Premier pays à avoir légalisé l’avortement et à avoir élu une femme présidente, l’Islande est aujourd’hui le premier pays à proposer une législation obligeant les entreprises publiques et privées de 25 personnes, ou plus, à prouver qu’elles fournissent un salaire égal entre employés sans distinction de sexes, d’appartenance ethnique, d’orientation sexuelle et de nationalité.

Une mesure soutenue par le ministre des Affaires sociales et de l’Egalité, Thorsteinn Viglundsson:

«Les hommes et les femmes doivent bénéficier d’un traitement égal sur leur lieu de travail. C’est notre responsabilité de prendre toutes les mesures pour y parvenir».

Le classement du Forum économique mondial place l’Islande au premier rang des pays respectant l’égalité entre les sexes. Et pourtant, l’inégalité salariale y existe aussi, comme en témoigne Thorsteinn Viglundsson: «L’écart entre les salaires (perçus par les hommes et les femmes) est malheureusement un fait sur le marché du travail islandais et il est temps de prendre des mesures radicales. Nous avons le savoir-faire et les mécanismes pour y parvenir». Bien qu’il reconnaisse que la nouvelle loi pourrait être «contraignante» pour les employeurs «les avantages sont aussi évidents». Cette nouvelle loi entrera en vigueur en janvier 2018 et vise à limiter l’écart entre les salaires à 7%. La différence salariale pourrait ainsi être révolue d’ici 2020.

La Belgique est elle, à la traîne, avec une estimation de la fin de différences salariales prévue pour 2186 et une position à la 27ème place dans le classement du Forum économique mondial.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

commentaires