Je ne peux pas d’un côté dire « je veux un demain correct et sain pour mes enfants » et à côté de cela passer mes journées dans un boulot à saboter ce « demain ».

Pierre Mottet

Président du CA, IBA

IBA, au commencement, c’est un spin-off de l’UCL fondé par Yves Jongen en 1986. En 2017, c’est une société internationale leader sur le traitement du cancer par proton-thérapie qui continue d’engager, chaque année, des centaines de travailleurs. Et si sa mission principale est de sauver des vies, on peut dire que l’humain est au centre de toutes les préoccupations.

Son activité principale, c’est donc de proposer des technologies qui permettent de traiter des tumeurs cancéreuses. La proton-thérapie est une technologie plus efficace que son homologue habituelle – la radiothérapie conventionnelle – dans la mesure où elle est plus ciblée et produit moins d’effets secondaires sur les patients. Innovante mais plus coûteuse, c’est une méthode qui pourrait malgré tout être préconisée dans 20 % des cas de cancers. Leader mondial dans cette technologie, nous avons donc rencontré quelques piliers d’IBA, une entreprise belge en plein essor dont le carnet de commandes ne désemplit pas.

IBA est une société commerciale, c’est vrai, mais c’est loin d’être notre finalité, nous voulons surtout participer au progrès de l’humanité.

Olivier Legrain

Chief Executive Officer, IBA

Grand exportateur (États-Unis, Japon, Australie, etc.) et pourvoyeur de nombreux emplois, il est rare qu’une entreprise belge soit au centre d’un marché international. En effet, et ce n’est pas une coïncidence : son fondateur a souhaité cet ancrage wallon. Alors qu’il faisait de la recherche aux États-Unis, il décide de revenir en Wallonie pour se lancer dans son projet : « J’ai un projet, il va permettre de créer des emplois de qualité, je veux que ce projet se développe de là où je viens. Je renvoie l’ascenseur à la région qui m’a éduquée en quelque sorte. ».

Avec un développement si important, IBA aurait facilement pu s’éloigner de cette philosophie initiale. Et ce fut un enjeu crucial : comment garder son âme d’entreprise, même en devenant très grand ? Si ce n’est pas évident, c’est pourtant possible.

« Les employés d’IBA partagent tous une même culture d’ouverture et de bienveillance envers leurs collègues, les patients, la société et dans le respect de l’environnement. Nous visons un impact sociétal important tout en minimisant l’incidence de nos activités sur l’environnement. IBA est donc gérée avec une approche équilibrée entre les différentes parties-prenantes, et pas uniquement dirigée par la rentabilité. » explique Olivier Legrain, le Chief Executive Officer.

Challenge qui semble réussi chez IBA où la volonté de créer une société où on se soucie des gens permet d’en faire une success-story pas seulement d’un point de vue monétaire, mais aussi d’un point de vue humain.

Et vous, qu'en pensez-vous ?

commentaires